vendredi 24 février 2017

Polémique en Flandre autour d'un mail jugé antisémite chez UNIA, association contre le racisme...

Le site américain JTA a publié un article sur cette triste affaire et révèle qu'un des experts en racisme de la même organisation avait confié en 2011 à David Vroome, commissaire de police, que les Juifs "croient qu'ils peuvent tout se permettre parce qu'il ont de l'argent, du pouvoir financier mais aussi parce qu'ils continuent à exploiter notre culpabilité en rapport avec la Shoah".  L'homme condamné est un Belge d'origine palestinienne.

La Libre Belgique:
La ministre flamande pour l'Egalité des chances Liesbeth Homans (N-VA) réclame que "la lumière soit faite" après une polémique concernant le Centre interfédéral pour l'égalité des chances (Unia). Tout est parti de la révélation d'un mail qui a circulé en interne. Dans ce mail, un juriste employé d'Unia s'étonnait de la condamnation d'un homme pour antisémitisme.
Un manifestant a été condamné cette semaine à payer 600 euros d'amende et à une peine conditionnelle de six mois pour propos racistes scandés lors d'une manifestation pro-palestinienne qui s'est tenue en 2014. Il y aurait déclaré que "tous les Juifs devraient avoir la gorge tranchée". Dans cette affaire, le Forum de l'organisation des Juifs de Flandre s'est constitué partie civile.
'Joods Actueel', un journal représentant la communauté juive de Flandre, a demandé l'opinion du centre Unia. A son étonnement, le journal a reçu, en réponse, un mail interne dans lequel un juriste considère cette condamnation comme "hautement problématique". "Cette accusation est tordue et ne reflète pas ce que dit la loi", y dit-il.
Unia se serait aussi déclaré partie civile, mais le conteste. "Nous nous estimons lésés, oui", a déclaré la directrice d'Unia, Els Keytsman, qui a reçu ce mail et l'a renvoyé par erreur. "Donc, nous nous tenons au courant du verdict. Il faut savoir que nous nous constituons partie civile dans à peine 1% de nos dossiers."
Pour 'Joods Actueel', ce mail prouve qu'Unia prend la défense de l'auteur du mail plutôt que de celle des victimes d'antisémitisme.
Lire l'article complet

jeudi 23 février 2017

4% des Juifs belges et français sont partis en Israël entre 2010 et 2015

Le rapport ne tient pas compte des Juifs qui ont émigré vers les Etats-Unis, l'Australie et le Canada.  Si 4% des Juifs français et belges ont fait leur alyah entre 2010 et 2015, la proportion des Juifs britanniques, allemands et suédois est nettement inférieure et se situe entre 0.6% et 1.7%. M. Antonio Tajani, le Président du Parlement européent, s'inquiète du déclin de la population juive européenne: «Leur nombre, qui était de 2 millions en 1991, a considérablement chuté à 1,4 million en 2010». "

Par manque de temps et de resources il est impossible de proposer aux lecteurs et lectrices un sommaire de l'article du Guardian en français.  

Via The Guardian:
Demonstration in Brussels
Some European countries have seen an increase in the number of Jews leaving to live in Israel but the numbers fall short of an “exodus”, according to a new study.
The Institute of Jewish Policy Research compared recent trends of Jewish migration with cases of mass migration in response to persecution or major political upheavals in the past.
Jonathan Boyd, the IJPR’s executive director, said: “There is no evidence of an exodus of Jews from Europe, even though the numbers of Jews emigrating to Israel from some countries in recent years – most notably France – are unprecedented.”
Two victimes of the massacre at the
Jewish museum in Brussels perpetrated
by Mehdi Nemmouche (2014)
He added: “It is clear that Jews in parts of Europe are genuinely concerned about their future, most likely because of antisemitism, but the levels of anxiety and apprehension are nowhere near those experienced during previous periods of intense stress, like the 1930s and 1940s. Drawing those types of parallels has no basis in empirical reality.”
The IJPR looked at six countries – France, Belgium, Germany, Italy, Sweden and the UK, which account for about 70% of European Jews. It concluded there had been an increase in migration, especially from France, Belgium and Italy; but in the UK, Germany and Sweden levels of migration were not unusual.
Suggesting a definition of an exodus as 30% of the Jewish population, it said 4% of Jews in Belgium and France had left for Israel between 2010 and 2015. The proportion leaving from the UK, Germany and Sweden was between 0.6% and 1.7%.
The context, said the report, was a significant demographic transformation of Europe, with an inflow of migrants from the Middle East, north Africa and south Asia, which had implications for European culture, traditions and politics. (...)
Daniel Staetsky, the author of the IJPR report, said: “European demographic and political landscapes are changing … Large segments of Jewish populations in European countries perceive antisemitism to be on the increase. There is no perfect tool to measure the prevalence and strength of antisemitic attitudes in the general public, but some phenomena can be measured by their effects.  
“Migration plays a very central role in Jewish demography, as Jews are known to move in response to a particularly acute deterioration in the political or economic situation. If Jews feel unwelcome in Europe, their movement out of Europe will serve as the first sure sign of that.” 
read more

Connected:

As Jews flee Belgium, a seder marks a family exodus

How my JTA reporting about an anti-Semitic cartoon changed my views of Belgium — for the worse


"In the Paris region, there are virtually no more Jewish pupils attending public schools"

mardi 21 février 2017

"Parce qu'il faut plusieurs générations pour oublier ce genre de crime"

Pierre Vermeren @ Figaro Vox:
Outre le contre-sens historique, Emmanuel Macron a «jeté du sel sur la plaie» du traumatisme franco-algérien, estime Pierre Vermeren. Pour l'historien, «la colonisation européenne est une modalité de la mondialisation, tant vantée» par le candidat d'En Marche. (...)
Ce que les Algériens ont reproché à la France, ce n'est pas de les avoir colonisés… c'est de les avoir exclus d'un régime pacifique, politique et juridique que leurs élites ont voulu intégrer pendant des décennies. Avant de se faire une raison, et de déclarer la guerre à cet occupant plus vaniteux et insouciant que criminel… C'est un paradoxe que les Algériens aient intensifié leur immigration vers la métropole en pleine guerre d'Algérie, et plus encore dans les années soixante, une fois la victoire remportée. Il distinguaient très bien le colonialisme du peuple français. Et leurs intérêts matériels de leurs idées politiques. Le temps et l'ignorance de l'histoire permettent d'occulter les faits. Mais on ne sache pas que des milliers de juifs aient pris leur baluchon pour émigrer vers la riche Allemagne des années d'après-guerre. Parce qu'il faut plusieurs générations pour oublier ce genre de crime.
Lire l'article complet

lundi 20 février 2017

Ce que nous dit “l’affaire Mehdi Meklat”

Dans Valeurs Actuelles, Gilles-William Goldnadel rapporte ces messages de Mehdi Meklat:
je crache des glaires sur la sale gueule de Charb et tous ceux de Charlie hebdo 
“Sarkozy = la synagogue = les juifs = Shalom = oui, mon fils = l’argent” 
“Faites entrer Hitler pour tuer les juifs” 
“j’ai gagné 20 $ au PMU, je ne les ai pas rejoués parce que je suis un juif” 
“les Blancs vous devez mourir asap” 
Printemps Républicain:

Le plus grave dans l’affaire concernant ce chroniqueur du Bondy Blog, Mehdi Meklat, qui a librement tenu pendant des années sur son fil Twitter (sous le pseudo de Marcelin Deschamps avant de revenir à son nom) des propos antisémites, homophobes, sexistes, insultants à l’égard de telle ou telle personnalité... dont certains tombent clairement sous le coup de la loi, c'est la responsabilité des médias qui l'ont embauché, soutenu, promu, encensé...
De deux choses l’une, soit ces médias (Mediapart, Libération, Télérama, Le Monde, Les Inrocks, France 2, France Inter...) ne savaient pas qui était Mehdi Meklat, et alors leur crédibilité est profondément mise en cause, soit ils le savaient mais ont fait comme si de rien n'était, ce qui pose des questions sur leurs intentions et sur la manière dont ils conçoivent leur rôle dans la restitution de ce qui est à l’oeuvre dans la société française.D'autant, circonstance aggravante, que l’on peut constater ici le gouffre béant du deux poids deux mesures de donneurs de leçon professionnels en matière d’antiracisme et de lutte contre les discriminations. Car un jeune affilié au FN, par exemple, qui aurait commis ce genre de tweets aurait été instantanément, et à fort juste titre, cloué au pilori par ces médias, et se serait certainement retrouvé devant la justice. 
On a même vu récemment en "une" des Inrocks, l'ancienne ministre de la justice, si sensible aux discriminations, poser fièrement à côté de l'auteur de ces tweets antisémites, homophobes, sexistes, injurieux... à l’occasion de la promotion de la sortie de son dernier livre, écrit avec son compère du Bondy Blog !

Les tentatives de défausse ou de défense produites aujourd'hui, entre l'excuse par l'humour et celle par le "jeu de rôle" sous anonymat, ne seraient que pathétiques si elles ne témoignaient pas de l'impunité ressentie par leurs auteurs, qu’il s’agisse de Mehdi Meklat ou de ceux qui l’ont soutenu. On notera d’ailleurs que sous le pseudonyme Marcelin Deschamps, Mehdi Meklat ne s’en prenait jamais (sous prétexte d’humour) qu’à certaines catégories de personnes, jamais à d’autres. Le parallèle tenté par certains de ses défenseurs avec l’humour parfois très limite de Charlie Hebdo ne tenant donc pas ici, car Charlie s’en prend à tout le monde, sans exception. 

vendredi 17 février 2017

"Il existe un racisme anti-Juif qui est toléré par les bons apôtres" (Ivan Rioufol)

Ivan Rioufol:

Si la France est coupable, c’est d’avoir laissé ses dirigeants multiplier ces bombes sociétales depuis des décennies. L’aveuglement porté, par la droite et la gauche, à une immigration de peuplement perméable à la quérulence islamiste est à l’origine des rejets qui s’expriment contre la démocratie ouverte et ses valeurs. Les près de 100 milliards d’euros déversés depuis 1977 sur les banlieues (la "politique de la ville") pour acheter la paix sociale n’ont évidemment pas suffit à faire naître un vivre ensemble qui est de plus en plus refusé. S’il y a un racisme dans les cités, il n’est pas porté, sauf exceptions, par les forces de l’ordre laissées seules face à une population extra-européenne qui vit majoritairement dans l’entre-soi. Les policiers sont devenus des cibles permanentes. 

En revanche, il existe un racisme anti-Juif qui est toléré par les bons apôtres. Cette haine se manifeste également contre l’Occidental, le Chrétien, le Blanc. "Les collabos de journalistes blancs" ont été pris à partie, samedi à Bobigny, par des émeutiers dont certains criaient "Allahou akbar !". La tentation va être grande, chez les propagandistes, de faire à nouveau passer ces "jeunes" pour des victimes d’une République qui discrimine et qui maltraite. Mais l’explication est devenue beaucoup trop courte. Il y a, derrière ces émeutes, un désir d’humilier la nation française et de la soumettre à d’autres règles. "Stop à la guerre !", a lancé Théo de son lit d’hôpital. C'est très exactement ce que ne veulent pas entendre ceux qui aiment voir la France à genoux.

lire l'article complet

jeudi 16 février 2017

Anne-Laure, soeur d'Ilan Halimi: "Depuis Ilan, la situation s’est aggravée pour les juifs en France"

Actualité Juive:
A.-L. H. : (...)  Le vide est toujours là, au même niveau. C’est comme si c’était hier. La seule chose qu’on regrette, c’est que les crimes antisémites ont continué depuis dix ans. Qu’Ilan a été le premier mais malheureusement pas le dernier. (...)

A.J.: De savoir que les membres du Gang des Barbares sont quasiment tous sortis de prison aujourd’hui, qu’est-ce que cela vous inspire ?
 
A.-L. H. : Que la justice est mal faite. Tout le monde a dit "J’ai rien fait" alors que tout le monde avait sa part dans ce qui est arrivé à Ilan. Que les trois quarts soient aujourd’hui dehors, c’est difficile. C’est trop tôt. Il y a des gens qui, pour moins que cela, prennent beaucoup plus d’années de prison. Une fois, il m’est arrivé de croiser dans le métro une fille mêlée à l’assassinat de mon frère. C’était très dur de savoir qu’elle était là, comme moi, et qu’elle vivait sa vie alors que ma vie à moi n’était plus la même. 
 
A.J.: Les préjugés et le climat antisémite qui ont entraîné la mort de votre frère sont-ils toujours aussi forts selon vous ?
 
A.-L. H. : Plus forts encore. Depuis Ilan, la situation s’est aggravée pour les juifs en France. Leur vie s’est dégradée. Plus ça va, plus on a peur. Moi-même j’ai peur, ainsi que pour mes enfants. Les actes antisémites sont de plus en plus fréquents.

A.J.: Avez-vous le sentiment que, dans le fond, la France n’a pas tiré les leçons de l’assassinat de votre frère ?
 
A.-L. H. : Tout à fait même si je ne sais pas ce qu’auraient dû être ces leçons. On voulait que l’assassinat d’Ilan serve à quelque chose, mais quand on voit tout ce qui s’est passé depuis, on se dit qu’il n’a été que le premier. Cela nous attriste. 
A.J.: De savoir que les membres du Gang des Barbares sont quasiment tous sortis de prison aujourd’hui, qu’est-ce que cela vous inspire ? 
A.-L. H. : Que la justice est mal faite. Tout le monde a dit "J’ai rien fait" alors que tout le monde avait sa part dans ce qui est arrivé à Ilan. Que les trois quarts soient aujourd’hui dehors, c’est difficile. C’est trop tôt. Il y a des gens qui, pour moins que cela, prennent beaucoup plus d’années de prison. Une fois, il m’est arrivé de croiser dans le métro une fille mêlée à l’assassinat de mon frère. C’était très dur de savoir qu’elle était là, comme moi, et qu’elle vivait sa vie alors que ma vie à moi n’était plus la même.   
A.J.: Les préjugés et le climat antisémite qui ont entraîné la mort de votre frère sont-ils toujours aussi forts selon vous ? 
A.-L. H. : Plus forts encore. Depuis Ilan, la situation s’est aggravée pour les juifs en France. Leur vie s’est dégradée. Plus ça va, plus on a peur. Moi-même j’ai peur, ainsi que pour mes enfants. Les actes antisémites sont de plus en plus fréquents. 
A.J.: Avez-vous le sentiment que, dans le fond, la France n’a pas tiré les leçons de l’assassinat de votre frère ? 
A.-L. H. : Tout à fait même si je ne sais pas ce qu’auraient dû être ces leçons. On voulait que l’assassinat d’Ilan serve à quelque chose, mais quand on voit tout ce qui s’est passé depuis, on se dit qu’il n’a été que le premier. Cela nous attriste.

lire l'article complet

mardi 14 février 2017

Les Belges croient qu'il y a un million et demi de Juifs en Belgique...

La Libre Belgique a rapporté les résultats d'une enquête qui révèle que les Wallons surestiment dans des proportions ahurissantes l'importance démographique de la population juive en Belgique.  Pour les personnes interrogées la population juive s'élèverait à 13% - environ 1.460.000 - alors que l'estimation exacte est de 0,3%, soit 35.000 Juifs.
Surestimation des communautés minoritaires 
Les Wallons surestiment ainsi largement le poids démographique de la population immigrée vivant en Belgique. De façon générale, les citoyens tendent à surestimer l’importance des groupes minoritaires et à sous-estimer les groupes majoritaires : les francophones pensent, par exemple, que les Juifs représentent 13 % de la population totale en Belgique alors que la proportion de cette communauté est inférieure à 1 %.
Alors que les Belges wallons surestiment le nombre de Musulmans (5 fois plus que leur nombre réel), quand il s'agit de Juifs il est de 40 fois plus.  On peut supposer que dans les autres régions du pays on arriverait à des estimations similaires sur le nombre de Juifs.
Perception 13%, réalité statistique 0,3%
Source: IWEPS (dernier Baromètre Social de la Wallonie)

Il y a environ 1.400.000 Juifs en Europe...